in

Permis de construire : première étape, l’étude de sol géotechnique

La réussite d’un projet de construction est liée à plusieurs paramètres. Elle est par exemple conditionnée par l’étude de sol géotechnique. Cette évaluation permet d’identifier et d’anticiper les éventuels aléas du sol. Ainsi, vous pourrez mettre en œuvre votre projet de construction avec davantage de certitude et l’assurance que votre sol s’y prête parfaitement. D’ailleurs, l’étude de sol est nécessaire pour obtenir votre permis de construire. Que faut-il savoir sur cette étape technique ?

Pourquoi avez-vous besoin d’une étude de sol géotechnique pour votre demande de permis de construire ?

Dans le cadre de votre projet de construction, vous aurez certainement besoin d’un permis de construire. Cet acte administratif autorise la réalisation ou la modification d’un ouvrage et est obligatoire pour certains projets de construction. Pour obtenir ce sésame, l’administration vous demandera assurément les résultats de l’étude de sol géotechnique du terrain à bâtir.

À la faveur de cette étude, l’administration s’assure que le terrain est effectivement constructible et qu’il ne présente pas de risques. En règle générale, l’étude de sol technique n’est obligatoire que dans certaines conditions. Il est néanmoins recommandé de la faire, sachant que la construction d’un ouvrage est le projet de toute une vie. Comme le précisent les experts du site https://www.mygeo.fr, l’étude géotechnique doit être réalisée par des professionnels.

Lire aussi:  Comment choisir sa lame de scie à ruban?

L’expertise de sol géotechnique permet d’identifier la nature du sol, tant d’un point de vue chimique que mécanique. Elle oriente le constructeur quant aux meilleurs choix à faire, notamment en termes de fondations. De même, cette étude va révéler les risques inhérents au sol de votre parcelle (risque de rétractation du sol, risque de glissement de terrain, etc.). Dans les zones à risques, l’étude de sol géotechnique est d’ailleurs obligatoire et s’inscrit dans le cadre d’un plan de prévention des risques.

De plus, la législation française à travers la loi ELAN exige une étude de sol géotechnique dans les zones enclines à des risques de mouvements de terrain différentiel. Sans cette expertise du sol, vous ne pouvez obtenir le permis de construire. D’ailleurs, d’autres organismes comme les banques ou les assurances exigent l’étude de sol pour vous octroyer un prêt ou couvrir un risque lié au projet.

Quel est l’intérêt d’une étude de sol géotechnique ?

Au-delà du permis de construire, l’étude de sol géotechnique est utile pour plusieurs raisons. Les conclusions de l’étude servent de référence au constructeur afin d’adapter ses techniques de construction à la nature du sol, dans la mesure du possible. À la faveur des préconisations du géotechnicien, le constructeur pourra prévenir les risques de fissures et de remontées d’eau.

L’étude du sol géotechnique favorise l’identification des éléments et des matériaux pouvant fragiliser le sol de votre terrain à bâtir : présence de nappe phréatique ou de zones de remblais hétérogènes, hydromorphie, présence d’argile ou de cavité souterraine, etc. L’étude du sol à des objectifs pécuniaires. Il permet de réduire le montant de votre assurance dommages-ouvrage.

Lire aussi:  Les grues à tour Liebherr pour la construction du plus haut bâtiment d’Europe

L'étude de sol, un préalable à l'obtention du permis de construire

Les étapes de réalisation d’une étude de sol géotechnique et les critères de choix du géotechnicien

Une étude de sol réussie repose sur une démarche précise, menée par un géotechnicien compétent.

Les étapes d’une étude de sol géotechnique

Quatre étapes composent une étude de sol géotechnique. La première étape est celle de l’étude préalable. Elle implique deux phases : la phase d’étude de site et la phase des principes généraux de construction. Elles permettent d’identifier la géologie et la géomorphologie du sol ainsi que l’emplacement idéal pour la construction à réaliser.

La seconde étape, celle de la conception, se décline en trois phases intermédiaires :

  • la phase d’avant-projet,
  • la phase projet,
  • la phase d’élaboration du Dossier de Consultation des Entreprises, suivie de l’établissement des contrats de travaux.

La troisième étape est celle de l’exécution. Elle comprend l’étude géotechnique et le suivi géotechnique. Ici, l’ingénieur réalise une étude approfondie des ouvrages géotechniques et définit la méthodologie à mettre en place. Il suivra alors la phase pratique des travaux dans le respect de la méthodologie suggérée à la phase précédente.

L’étape de supervision est la dernière. Elle se résume en la vérification des hypothèses géotechniques émises en amont. Elle s’assure aussi de la bonne réalisation des phases précédentes sur la base des orientations techniques données.

Les critères de choix d’un ingénieur qualifié pour l’étude de sol géotechnique

Pour choisir un ingénieur pour votre étude de sol géotechnique, vous devez évaluer différents paramètres. La diversité des analyses sur site que propose l’ingénieur et la réalisation d’essais en laboratoire pour la mécanique des sols sont les éléments primordiaux à prendre en considération.

Lire aussi:  Fonctionnement d’une grue à tour

Il est important de savoir aussi si le professionnel détient des certifications OPQIBI, RGE Qualiforage ou l’accréditation COFRAC. Enfin, avoir connaissance des projets sur lesquels l’ingénieur est déjà intervenu est le dernier élément à prendre en compte pour choisir un ingénieur qualifié pour l’étude de sol géotechnique de votre terrain à bâtir.

Written by Lucas Tournoux

Rédacteur - Bricoleur, je vous emmène dans mon univers peinture, bricolage et jardinage