Back to top

Isolation des plafonds pour gagner en confort thermique

Isolation des plafonds pour gagner en confort thermique

Quand il s’agit d’isoler une maison, aucune partie ne doit être négligée. Outre les murs, vous devrez aussi penser à vos plafonds. Assurer leur isolation permettra de renforcer l’efficacité de tout le dispositif thermique. Ces travaux sont indépendants du fait que les plafonds soient situés sous un étage d’habitation, ou sous des combles perdus. Une bonne isolation plafond garantit aussi un confort optimal dans toute la maison. Que faut-il savoir concrètement sur le sujet ?

Pourquoi isoler votre plafond ?

L’isolation des plafonds est surtout une nécessité, si vous souhaitez que toute l’isolation de votre maison soit complète. Il faut garder à l’esprit que le logement doit être isolé de façon homogène, pour être efficace. L’étanchéité à l’air doit être faite, de même que celle à l’humidité sans oublier l’isolation phonique. Vous comprenez donc que l’isolation plafond n’est qu’une pièce du puzzle. En isolant de façon qualitative votre plafond, vous faites bénéficier votre maison d’un confort thermique optimisé.

En hiver par exemple, un plafond bien isolé agit comme une barrière qui empêche la diffusion de chaleur vers l’extérieur. Vous pourrez ainsi économiser de l’énergie, et surtout de l’argent. En été, cette barrière constitue un écran face aux extrêmes de températures. Les pièces principales de la maison ne sont pas soumises à la surchauffe. Par ailleurs, ce n’est pas seulement sur le plan thermique que l’isolation du plafond présente un intérêt.

Elle renforce également l’acoustique, en diminuant les bruits d’impact ou aériens. Vous ne serez donc pas gêné par les bruits de pas faits à l’étage supérieur, ou celui d’à côté. Plus loin, cette isolation des plafonds empêche les bruits de l’électroménager du rez-de-chaussée de troubler la tranquillité des chambres du haut. Comme vous pouvez le voir, c’est une opération qui présente des intérêts sur de nombreux plans.

Les différentes techniques d’isolation

Pour procéder à une isolation des plafonds, il faut avant tout considérer la configuration des lieux. Ce n’est qu’ainsi qu’il sera possible de choisir les modes de fixation qui conviennent. Voici les principaux moyens d’isoler les plafonds qui existent :

Le collage

Cette technique consiste à coller les plaques isolantes directement sur le plafond concerné. Bien avant la mise en place, l’artisan effectue d’abord un nettoyage de la zone. Ce n’est qu’après qu’il procède à la fixation des lattes de bois autour de la pièce. Ce sont elles qui devront supporter les différentes plaques. Des étais sont utilisés pour permettre un meilleur séchage de la colle.

La projection

Avec cette méthode, on utilise un outil de pulvérisation dédié pour projeter de l’isolant en mousse sur le plafond. Il est important d’opter pour un isolant capable d’adhérer sur la plupart des surfaces. Ce sont entre autres :

  • Le bois ;
  • Le béton ;
  • La pierre.

Cette technique est particulièrement efficace sur les plafonds voûtés.

Le vissage

Ici, il est procédé au vissage des panneaux d’isolant par des chevilles ou des suspentes. La fixation peut se faire entre les lambourdes ou alors sur le plafond. Les intervalles entre les chevrons peuvent recevoir des plaques constituées de laine minérale. Dans cette configuration, l’espace entre les poutres doit être inférieur à leur largeur. La mise en place peut être assurée par un grillage ou de la ficelle.

Lire aussi:  Trois choses à savoir afin de réussir le choix d’un compresseur d’air

Les matériaux pour isoler un plafond


De nombreux matériaux peuvent être utilisés pour isoler vos plafonds, si vous vous souhaitez bénéficier de MaPrimeRénov’. De plus, il faudra également considérer l’espace que vous avez à disposition pour ces travaux. Vous pouvez créer un faux-plafond sous un plafond rampant pour isoler votre plafond. Il faudra juste s’assurer que l’espace pourra accueillir un matériau isolant de taille conséquente.

Certains plafonds ne possèdent pas forcément une structure, ou vous êtes en présence de lambris de plafond. Dans ces cas de figure, la meilleure chose à faire est de choisir des isolants d’épaisseur réduite. Voici quelques-uns des matériaux d’isolation utilisés aussi bien, sur les plans thermiques que phoniques :

Les isolants naturels (végétaux)

Ils sont principalement composés de :

  • La fibre de lin ;
  • La fibre de bois ;
  • L’ouate de cellulose ;
  • Le liège ;
  • La laine de chanvre ;
  • La laine de mouton ;
  • Les fibres de coco ;
  • La laine de bois.

Les isolants minéraux

Vous y retrouverez les éléments comme :

  • La laine minérale (laine de verre, laine de roche) ;
  • La vermiculite ;
  • La perlite.

Les isolants synthétiques

Les matériaux les plus utilisés dans cette catégorie sont :

  • Le polyuréthane ;
  • Le polystyrène expansé ;
  • Le polystyrène extrudé.

Les isolants minces

Cette catégorie regroupe de fines couches d’isolant liées entre deux feuilles d’aluminium. Ces dernières réfléchissent les divers rayonnements thermiques.

En dehors de ces principaux matériaux, d’autres solutions comme le placo phonique peuvent être envisagées. Ces plaques de plâtre servent à réaliser des cloisons en plate, mais aussi des plafonds. L’épaisseur permet ainsi de bénéficier d’une isolation optimale, surtout sur le plan acoustique. La réduction de bruit est d’au moins 3 décibels.

Quels espaces isoler et avec quoi ?

L’isolation de plafond est une excellente façon de conserver la chaleur dans une pièce, et de limiter les bruits. Le matériau et la méthode que vous choisirez dépendront surtout du projet que vous avez. Voici quelques-unes des pistes à explorer :

L’isolation du plafond de la cave ou du grenier

En hiver, des pièces telles que la cave ou le garage refroidissent rapidement. Cela peut donc donner lieu à des problèmes liés à l’humidité. Voilà pourquoi vous devez veiller à une ventilation et aération de ces différentes pièces. Une isolation du plafond de la cave doit surtout être faite, car la place pour la pose de l’isolant est assez importante. Le matériau choisi doit pouvoir résister à l’humidité.

C’est pour cela que l’idéal est d’opter pour les plaques isolantes (PIR, PUR, XPS ou EPS). La laine de verre et de roche ne convient pas dans ce cas de figure. Toutefois, la présence de canalisations peut être un obstacle pour la pose de ces plaques. L’utilisation du polyuréthane pourra permettre de boucher ces petits espaces qui subsistent.

L’isolation du plafond du grenier

Un toit mal isolé entraine au moins 25% de déperdition thermique. Au lieu de procéder à une isolation du toit, pensez plutôt à isoler le sol du grenier. Cette solution présente un certain intérêt, quand le grenier ne fait qu’office de remise. Quand il est par contre aménagé en pièce de vie, l’isolation doit également s’appliquer à la toiture. Vous pourrez choisir de la faire par l’intérieur ou l’extérieur.

Lire aussi:  5 bonnes raisons de bricoler dans sa maison

Lorsque l’isolation se fait par le plafond des pièces sous un toit plat, ce dernier porte la dénomination de toit froid. Cette méthode n’est pas à privilégier, sauf si la hauteur du toit est limitée.

L’isolation du toit entre deux étages

Une isolation de plafond n’est pas toujours facile dans les cas suivants :

  • Une chambre à coucher ;
  • Un living ;
  • Une cuisine ;
  • Etc. 

En effet, les travaux de finition ne doivent souffrir d’aucun défaut. Ils peuvent selon les cas être destinés à conserver la chaleur, ou limiter les bruits. Le niveau des nuisances est parfois trop important et peut nécessiter de tels travaux. La première des choses à faire alors consiste à rabaisser le plafond. Sous le plafond déjà en place, un plafond autoportant est posé. Ensuite, le matériau isolant est glissé entre les deux. Il peut être :

  • De l’ouate de cellulose ;
  • De la laine de verre ou de roche.

Une autre technique consiste à injecter de l’ouate de cellulose dans l’espace qui se situe entre le sol et le plafond. Pour y arriver, il faudra réaliser des trous dans le plafond ou le sol. La ouate de cellulose agit comme un isolant acoustique en ce qui concerne les bruits liés à l’air. Pour limiter les bruits de contact, l’idéal serait de choisir une couche d’isolant assez conséquente.

Quel budget prévoir ?


Il est important de considérer l’isolation du plafond comme un investissement sur le long terme. Vous pourrez donc le rentabiliser assez vite au bout de quelque temps. Cependant, il est difficile d’évaluer combien vous coûteront exactement les travaux. Les prix fluctuent selon la superficie, de même que la nature de l’isolant considéré. Procéder à une isolation de plafond avec des plaques requiert plus d’efforts et d’argent, que dans le cas d’une rénovation.

Cela se comprend aisément, puisqu’il faut procéder au remplacement du plafond déjà existant. C’est pour cette raison que les isolants par injection présentent un grand intérêt dans de telles situations. Choisir l’ouate de cellulose vous reviendra plus cher que la laine de roche, ou encore la mousse de polyuréthane. Quoi qu’il en soit, l’isolation du sous-sol par le plafond revient entre 40 €/m2 et 60 €/m2. Évidemment, ces prix peuvent varier selon les éléments suivants :

  • La surface à isoler ;
  • L’isolant utilisé ;
  • Les tarifs pratiqués par le professionnel choisi ;
  • Les caractéristiques du logement ;

Il faut en effet considérer au moins 4 cm comme l’épaisseur nécessaire pour tapisser cette zone. Par conséquent, les prix varient comme suit selon l’isolant retenu :

  • Polystyrène extrudé : 6,5 à 10,5 €/m;
  • Laine de roche : 6 à 16 €/m;
  • Liège expansé : 15 à 20 €/m;
  • Mousse polyuréthane : 16 à 20 €/m2.

La finition

Bien entendu, il ne faudra pas reléguer la finition au second plan quand il s’agit de l’isolation de plafond. Dans le cas d’une rénovation, le plafond tendu est sans aucun doute la meilleure option que vous puissiez choisir. Cette toile qui peut être en PVC ou en polyester se fixe à des profilés muraux. Le principal atout de cette solution est sa facilité de pose, qui ne prend que quelques heures. Vous pourrez personnaliser le rendu pour qu’il corresponde à vos attentes.

Lire aussi:  Installation d’un monte-charge dans une maison

Ce type de finition convient parfaitement pour une excellente isolation acoustique. Vous trouverez sur le marché, de nombreuses toiles perforées qui absorbent le bruit. Associer ce type de toile avec la laine de roche vous permettra d’obtenir un bon plafond acoustique. Sa hauteur peut avoisiner la dizaine de centimètres. Ce modèle de finition présente un grand intérêt, puisque vous n’avez pas besoin d’appliquer une peinture.

En ce qui concerne le coût, tout dépendra de la surface de la pièce et la nature de la toile choisie.

À quelle période faire ces travaux ?

Avec le retour des beaux jours, c’est le moment d’entreprendre tous les travaux relatifs à la rénovation de votre maison. En ce qui concerne l’isolation des plafonds, le printemps est donc la meilleure période. Le temps est parfait, puisqu’il ne fait ni trop chaud ou froid. Vous n’aurez donc pas à subir les contraintes des températures extrêmes de l’été ou de l’hiver. Entre mars, avril et mai, les journées s’étirent littéralement. Vous bénéficiez de la lumière naturelle plus longtemps.

Il faut également savoir quels sont les travaux d’isolation à entreprendre en premier. Celle des combles doit être une priorité, puisque c’est par là que s’échappe presque 30% de la chaleur en hiver. En été par contre, cela donne naissance à une hausse des températures. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais cette déperdition thermique n’est pas sans conséquence. Votre confort en est affecté, tout comme votre consommation énergétique.

Une mauvaise isolation des plafonds vous obligera à chauffer davantage le logement en hiver, et le climatiser en été. Voilà pourquoi il faudra veiller à ce qu’elle soit bien réalisée, afin de bénéficier d’un confort quotidien.

Quelles aides pour l’isolation de plafond ?

En prenant la décision de faire isoler les plafonds de votre logement, vous pourriez bénéficier de certaines aides. C’est d’ailleurs le cas pour tous les chantiers qui visent à améliorer énergétiquement votre maison. Dans le cas d’espèce, il s’agit d’un crédit d’impôt de transition énergétique (CITE). Une déduction allant jusqu’à 30% du montant de la facture peut être faite de votre déclaration fiscale.

Sur facture, MaPrimeRénov’ vous donne à la fin des travaux, une prime dont le montant dépend de leur nature. Tout dépend également du profil fiscal du ménage. Vous pourriez aussi envisager d’autres possibilités comme :

  • Les subventions de l’Agence Nationale pour l’Habitat (Anah) ;
  • L’Eco-prêt à taux zéro ;
  • Les Primes énergies.

Pensez à vous faire renseigner par l’artisan qui sera chargé d’exécuter vos travaux. Il saura vous servir de guide, puis vous accompagner dans la création de votre dossier de demande d’aides. Ce professionnel devra être bénéficiaire du label RGE, qui veut dire ‘’Reconnu Garant de l’Environnement’’. Ce n’est qu’à cette condition que vous serez éligible à la plupart de ces aides.

En définitive, l’isolation des plafonds fait partie des travaux importants à faire réaliser dans un logement. Il permet d’accroitre le confort, mais aussi de limiter les pertes énergétiques. Veillez à choisir un professionnel qualifié, qui vous pourra vous guider quant à la démarche à suivre.