Back to top

Assurance habitation sans franchise : quand faut-il y souscrire ?

Assurance habitation sans franchise : quand faut-il y souscrire ?

L’assurance habitation est une assurance obligatoire pour tout le monde, car elle permet d’avoir une protection civile ayant pour but de protéger les citoyens et donc les tiers. Cependant, il y a deux possibilités d’assurance habitation : avec ou sans franchise. Par habitude, la majorité des gens va se diriger vers une assurance habitation avec franchise, car le montant des cotisations y est plus faible. Cependant, dans certains cas, il est plus judicieux d’avoir une assurance habitation sans franchise.

La franchise d’assurance habitation

Une assurance habitation a le même principe qu’une assurance auto et est aussi obligatoire. Elle permet de protéger et d’indemniser le propriétaire en cas de dégâts ou d’accidents, qu’il en soit responsable ou pas, comme les catastrophes naturelles par exemple. Une franchise d’assurance habitation est donc une somme d’argent qui restera au frais du propriétaire, et ce, peu importe le dégât. Ainsi, l’assurance ne remboursera que la somme étant le résultat de la différence entre la somme du dégât et de la franchise retenue à l’assuré. Cela peut sembler assez compliqué à comprendre dit comme ça. Pour éclaircir un peu plus le principe de la franchise, voici un exemple. Supposons que suite à un vol, le montant total de l’indemnisation par l’assurance s’élève à 1 000 euros et que la franchise s’élève à 500 euros. L’assureur ne paiera que 500 euros pour indemniser l’assuré (résultat de 1 000-500=500). Il est également possible d’avoir différentes franchises dans une assurance habitation, une pour chaque garantie. Ainsi, si dans votre contrat d’assurance habitation, vous disposez de garantie en cas de vol, mais également de garantie de piscine, il est possible d’avoir une franchise pour chacune des garanties. Une assurance habitation sans franchise est donc une assurance habitation qui ne retiendra aucune somme de l’assuré en cas d’indemnisation. Elle vous permettra d’être totalement indemnisé en cas d’incident. Cependant, il faut noter que les cotisations pour ce type d’assurance habitation sont plus onéreuses que pour une assurance habitation avec franchise.

Lire aussi:  Qu'est ce qu'un lombricomposteur?

Les types de franchises d’une assurance habitation

Ce n’est pas tout le monde qui est au courant de cela, mais il existe plusieurs types de franchises retenues par les assurances. Il en existe trois :

  • une franchise relative ;
  • une franchise absolue ;
  • une franchise de catastrophe naturelle ;
  • une proportionnelle.

La franchise relative prend effet si le montant du sinistre se trouve être supérieur au montant de la franchise retenue. Dans ce cas-là, la franchise sera supprimée et le sinistre sera indemnisé en totalité comme s’il n’y avait jamais eu de franchise. La franchise absolue est la forme de franchise la plus utilisée, car c’est la franchise qui est déduite automatiquement, et ce, quel que soit le cas de figure. Si le montant du sinistre est supérieur au montant de la franchise, la différence sera indemnisée, dans le cas contraire, l’assuré sera indemnisé intégralement. La franchise de catastrophe naturelle est soumise à une réglementation. Ainsi, le montant de la franchise pour catastrophe naturelle est de 380 euros, sauf pour les conséquences d’un mouvement de terrain qui sont plafonnées à 1 520 euros. La franchise proportionnelle se calcule sur la base d’un pourcentage sur le sinistre, et cela, peu importe le montant du sinistre. Ainsi, si le pourcentage est fixé à 25 %, 25 % de l’indemnisation totale sera à la charge de l’assuré, et ce, peu importe le montant du sinistre. Cependant, on met en place un montant plafond à ne pas dépasser en termes de franchise.

Pourquoi prendre une assurance habitation sans franchise ?

Pour choisir une assurance habitation avec ou sans franchise, il est important d’analyser et de prendre en compte les risques liés au type d’habitation ainsi que sa location. Une assurance habitation sans franchise se trouve coûter plus cher qu’une assurance habitation avec franchise. C’est principalement pour cette raison qu’il est important de bien étudier tout ça pour ainsi faire le choix le plus judicieux et le plus bénéfique pour la personne et ainsi subir le moins de pertes possible. Pour ce faire, il est important d’évaluer les risques de la zone d’habitation. Si la zone d’habitation se trouve être une zone à haut risque, mieux vaut souscrire à une assurance habitation sans franchise, même si cela coûte cher, car cela vous permettra de ne rien payer en cas de sinistre. En revanche, si la zone d’habitation présente de faibles risques, mieux vaut souscrire à une assurance habitation avec franchises et payer des cotisations faibles.

Lire aussi:  Crédit auto : la simulation est incontournable pour votre projet

Comment souscrire une assurance habitation sans franchise ?

Quelle que soit l’assurance habitation que vous envisagez de choisir, vous devez savoir que celle-ci est uniquement obligatoire pour les locataires. Si vous êtes propriétaire, vous êtes libre d’y souscrire ou non. Toutefois, nous vous conseillons vivement de vous couvrir, car en cas de dégâts, l’ensemble des frais serait à votre charge. Maintenant que nous avons éclairci ce point, nous allons pouvoir répondre à cette question : assurance habitation avec ou sans franchise, comment ça marche ?

Pour la souscription, il est impératif de demander plusieurs devis. Cela vous permettra de comparer :

  • le tarif
  • les franchises
  • les garanties
  • les options proposées

Pour vous faciliter la tâche, n’hésitez pas à utiliser un comparateur en ligne, comme celui que nous vous proposons en cliquant sur le lien. Cela vous offre l’avantage de ne renseigner qu’une seule fois les informations et les critères qui sont importants pour vous, pour ensuite recevoir plusieurs devis en seulement quelques minutes. Il est fini le temps où vous deviez contacter chaque assureur et prendre rendez-vous avec leur conseiller. Aujourd’hui, vous pouvez obtenir la réponse à vos questions sans avoir à vous déplacer, et cela, même en soirée ou durant un week-end.

Au niveau des renseignements demandés, vous devrez indiquer s’il s’agit de votre résidence principale ou non, de si vous êtes locataire ou propriétaire et le type de bien. Ensuite, vous devrez renseigner la localisation du bien, ainsi que la valeur du mobilier et de l’électroménager que vous avez à l’intérieur. Tout cela aura forcément une incidence sur le prix, tout comme les options que vous voudrez éventuellement ajouter. 

Lire aussi:  Extension de la maison, combien ça coûte?

Si le devis vous convient, vous pourrez alors finaliser le contrat. Vous aurez encore des documents à fournir, comme une copie de votre pièce d’identité, votre bail (si vous êtes locataire), un RIB et votre relevé d’imposition.